Bienvenue sur le site

de l'Église Évangélique Libre de Bergerac


SOMMAIRE

Qui Sommes Nous?

Confession de foi

Contactez-nous

Programme du mois

Écoutez les messages

Vie de l'Église

L'Ecole du Dimanche

Groupe Anglophone

Union des Églises Évangélique Libres de France


Témoignages

Liens

Vitalité

 
 

Pasteur Intérimaire:
Lucie Bardiau


Président du Conseil:
Lilian Bachellerie

Retour à la page d'accueil


 

Message 8 octobre 2017       Journée des vocations de l’Union

Aujourd’hui, pour notre Union d’Eglises, c’est la journée des vocations.

Une journée où l’on prête attention à ceux qui ont entendu l’appel pour entrer dans le ministère, devenir pasteur, missionnaire.

Les étudiants à la faculté de théologie, les pasteurs stagiaires.

C’est aussi une journée où, logiquement, nous sommes invités à prier pour des vocations.

Souvenez-vous de la parole de Jésus dans Mt 9.37-38 LSG « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. »

Il y a peu d’ouvriers, dans notre Union en ce moment, c’est une réalité. 

Plusieurs départs à la retraite, des étudiants qui abandonnent, des pasteurs stagiaires qui se réalisent qu’ils se sont trompés de voie ou n’arrivent pas à boucler leur programme d’études. Des pasteurs qui ont connu des difficultés (santé, famille, conflit dans l’Eglise) qui les amènent à quitter le ministère, voulu, ou quelques fois aussi imposé par l’Union.

Des nouveaux ministères qui voient le jour : implanteur, revitalisation, intérim. Quelques délégations pastorales : des personnes qui ne peuvent se lancer à long terme, à temps complet dans le ministère pastoral

La vie dans le ministère n’est pas un long fleuve tranquille....

Ni en se préparant – des études longues ; ni en débutant – adaptation, exigences trop fortes, attentes déçues ; ni en vitesse de croisière – toutes sortes de dangers guettent à tout moment ; ni en fin de parcours – problèmes de santé, difficulté à trouver un successeur ; etc.

Les pasteurs, les ministères en place ont besoin de nos prières.

Le renouvellement du corps pastoral passe par des vocations, entendons l’appel du Seigneur, pour prier le Père d’envoyer des ouvriers.

Dans nos milieux, certains sont appelés. Discerner l’appel, se lancer, n’est pas chose aisée. Que le Seigneur aide celles et ceux parmi nous à entendre leur appel et à y répondre.

Voyez-vous, le sujet ‘journée des vocations’ est bien plus vaste que ce que l’on pourrait croire au départ.

Parler des vocations, prier pour des vocations, serait-ce suffisant ?

Un regard sur les autres.

Mais// nous-mêmes, qu’en est-il de notre vocation, //de chacun d’entre nous ?

Commençons par le début ! Le premier appel que Dieu adresse à chacun d’entre nous, c’est : revenez à moi ! Soyez réconciliés avec Dieu !

- Vous êtes chrétien de longue date ? Vous avez encore besoin de revenir, de repentance, de pardon, de vous rapprocher de votre Seigneur et Sauveur.

- Vous êtes chrétien parce que vos parents vous ont fait baptiser, ou parce que vous venez à l’Eglise ? Le vrai chrétien est celui qui prend un engagement personnel avec le Seigneur Jésus, pour le suivre, être son disciple.

- Vous n’êtes pas chrétien ou vous ne savez pas trop ce que cela veut dire ?

Dieu vous appelle aujourd’hui : croyez en moi ! Hébreux 11.6 BFC dit « Or, personne ne peut plaire à Dieu sans la foi. En effet, celui qui s’approche de Dieu doit croire que Dieu existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent. »

Voilà un premier appel que certains d’entre nous doivent entendre !

Quant aux autres, chrétiens de longue date, affermis : qu’n est-il de notre vocation, // de chacun d’entre nous ? Dieu vous appelle ?

Ah mais je suis trop vieux, ou trop jeune, je ne vais pas devenir pasteur.

Je ne parle pas que de devenir pasteur, entrer dans un ministère (service) religieux à plein temps.

Voyez-vous, on a une idée fausse // en entendant le mot ministère.

On pense que c’est synonyme avec « clergé » : les personnes qui travaillent  à plein temps pour l’Eglise, pour le Seigneur.

Ils n’ont pas d’autre métier. 

Regardons le vrai sens des mots !

Ministère, dans le NT, traduit le mot grec diakonia.

Il s’agit d’un service, de répondre aux besoins des autres.

Ici, plus particulièrement répondre aux besoins spirituels des autres.

Mais //vous avez sans doute remarqué que dans le mot dia//konia, on entend aussi// diacre.

Ceux qui étaient, dans Actes 6, choisis pour servir aux tables, distribuer la nourriture aux veuves.

Ministère signifie service. Ni plus ni moins 

Regardons aussi l’allemand.

Et pourquoi ?

Parce que Luther, le réformateur allemand, s’est révolté contre le clergé de l’Église catholique Les prêtres du 16e siècle se mettaient sur un piédestal :

par leur vocation, leur ministère, ils sont autres, voire plus que les autres !

Luther contestait leur attitude.

En allemand, le mot pour vocation est Berufung.

Et le mot pour métier, job, travail, en allemand est : Beruf.

Deux mots, vocation et métier, avec une même racine.//

Appel.//

Dans une vocation, Dieu appelle un homme ou une femme à son service.

Dans un métier, vous répondez à l’appel qu’un autre fait à vous.

On fait appel à un plombier.

On cherche ses services.

Appel, service, métier, occupation, ministère.

Un service utile à la communauté : boulanger, infirmier, mécanicien, voire pasteur, etc. Voilà l’opinion de Luther sur la vocation, Berufung, Beruf.

Dans la mesure que nous – les actifs – exerçons tous un métier, nous sommes dans le service à autrui, quelque part déjà dans le diaconat, dans le ministère.

C’est un jeu de mots ? Pas seulement.....

En tout cas, la journée des vocations devient aussi notre journée :

Quel choix de vie avons-nous fait, avons-nous à faire, pour être au service des autres ?

Quelle est ma vocation, ta vocation, quel est le service que Dieu veut,

- appelle ! - , de chacun d’entre nous ?

Chacun pour soi doit le découvrir.

Journée des vocations, cela ne concerne pas que les autres.

Cela ME parle.             A quoi Dieu m’appelle-t-il ?

Comment vais-je utiliser mes talents au service des autres ?

Après tout, mon métier ne me sert pas que pour me donner un salaire, me garantir (si possible) une retraite.

Et même à la retraite, je peux encore être au service de la communauté.

Ma retraite n’est pas qu’un bien mérité, un dû, //c’est aussi une liberté// 

à utiliser mon temps au service des autres.

A quoi Dieu m’appelle-t-il ?

Suis-je prêt à écouter son appel, à chercher, à trouver ma vocation et vivre dans ce ministère, ce service ?  Peu importe mon âge ?

Ou est-ce que je vis pour moi, je travaille pour mon salaire, en vue de ma retraite, et quand je l’ai obtenu je suis libéré de toute responsabilité envers les autres, je peux vivre que pour moi-même ? //

La notion de vocation. MA vocation.

Quoi que je fasse dans ma vie, est-ce que cela correspond à ce qu’a écrit Paul aux Colossiens 3.23-24 BFC

« 23  Quel que soit votre travail, faites-le de tout votre cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes. 24  Rappelez-vous que le Seigneur vous récompensera : vous recevrez les biens qu’il réserve aux siens. Car le véritable Maître que vous servez, c’est le Christ. »

Tout ce que vous faites, faites-le comme pour le Seigneur.

Je vais au boulot ? Je sers le Seigneur.

Je suis à la retraite, je choisis comment j’occupe mes journées ?

Faites-le aussi, entre autres, pour servir le Seigneur.

Notre occupation est notre façon de servir le Seigneur.

Faire don de soi dans un métier, une occupation, non pas pour l’argent ou par obligation, mais comme service pour le Seigneur – service aux autres.

Dieu nous a fait des dons, parmi eux la vie.

Le psaume 90 traite de la vie, sa durée, la valeur de notre ouvrage, ce que nous faisons de notre vie.

Au v 12 BFC il est écrit : « Fais-nous comprendre que nos jours sont comptés. Alors nous acquerrons un cœur sage. « 

« Enseigne-nous à bien compter nos jours », autrement dit :

« enseigne-nous à faire bon usage du temps nous imparti sur cette terre.  

Autant de jours dans ta vie, que vas-tu en faire ?

D’autant plus pour le chrétien : que vas-tu faire de ta vie, pour le Seigneur ?

D’autant que tu l’appelles // Seigneur.

Que veut-il que tu fasses, quel est ta vocation ?

Et là, on pourrait s’asseoir et prier : Seigneur révèle moi ta volonté.//

Mais// bien souvent, les vocations ne se révèlent pas de cette façon !

D’ailleurs, la Parole nous enseigne déjà quelle est notre vocation, à tous. Commençons par marcher dans cette voie, cette vocation, au lieu de s’asseoir et d’attendre une voix venant du ciel !

Ecclésiaste 9.10 BFC dit : « Utilise ta force à réaliser tout ce qui se présente à toi. En effet on ne peut pas agir ni juger, il n’y a ni savoir ni sagesse là où sont les morts que tu iras rejoindre. « 

Peut-être vous êtes plus habitué à la version LSG « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le. » Autrement dit : Remplis bien ta journée.

Et plus loin :

Ecclésiaste 11.4 ; 6 BFC « Celui qui a peur que vienne le vent ou la pluie, ne pourra jamais semer ni moissonner. 6  C’est pourquoi sème ton grain dès le matin et jusqu’au soir n’arrête pas de travailler. Tu ne sais pas quelle partie de ton travail réussira ou si tu tireras profit de toute ton activité. »

Action.

Quelle était la première consigne que Dieu donna à l’homme ? Action !

Dans Genèse 1.28LSG  nous lisons «  Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. »

5 verbes ! Action !

L’Ecclésiaste parle de semer, la Genèse parle d’assujettir la terre.

Paul, dans sa lettre aux Galates 6.9-10 nous parle de moisson :

« 9  Ne nous lassons pas de faire le bien //; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas.10  Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, // et surtout envers les frères en la foi. »

Notion de semer … activité… faire du bien aux autres ….de moissonner :

Chaque action a une réaction, un résultat

Vas-tu agir dans ta vie pour toi-même, ou au contraire pour le Seigneur,

qui, chemin faisant, te montrera quoi faire ?

Juste avant le texte de Galates que ns venons de lire il est encore écrit

( v. 7-8 BFC):

« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. L’homme récoltera ce qu’il aura semé. // 8  S’il sème ce qui plaît à sa propre nature, la récolte qu’il en aura sera la mort ; mais s’il sème ce qui plaît à l’Esprit Saint, la récolte qu’il en aura sera la vie éternelle. »

// Journée des vocations.

Cela ne concerne pas que les autres.

Chacun sème, dans sa vie.

Quelle est ma vocation ?

Est-ce le ministère, comme on l’appelle dans notre jargon ?

Ou est-ce un autre métier ?

Et pour ceux qui sont retraités : quel est mon ministère, le service auquel le Seigneur m’appelle ?

Le nombre de nos jours est compté.

L’action nous est recommandée. Semer. Moissonner.

// Que pouvons-nous faire ?

Prier. Pour que le  maître de la moisson envoie plus d’ouvriers.

Prier pour les ouvriers qui se forment en fac de théologie, se préparent, font un stage.

Prier aussi pour les ouvriers déjà sur le champ, les pasteurs, missionnaires, implanteurs etc., qu’ils puissent continuer, durer dans le ministère 

Ne pas être victime d’un burn-out, des manœuvres du malin qui cherche à diviser des Eglises. Etc.            Durer dans le ministère. Porter du fruit.

Action première : prier.

Ensuite ? //

Donner. Galates 6.6 BFC : « Celui qui est instruit dans la foi chrétienne doit partager les biens qu’il possède avec celui qui lui donne cet enseignement.  »

Donner pour le ministère – grâce à votre occupation, votre ‘vocation’, votre métier, votre salaire, votre retraite !

Tous ne sont pas appelés au ministère, mais ceux qui le sont doivent être libres, // du moins temporairement ou au moins partiellement, // de l’obligation d’exercer une autre activité pour subvenir à leurs besoins.

Il est bon pour un pasteur d’avoir exercé un ‘vrai’ métier, cela le rend plus réaliste par rapport aux conditions de vie des paroissiens.

Mais s’il doit être pasteur et en même temps travailler à côté, il aura moins de temps et de force à consacrer à son ministère.

La vocation de tous : prier pour ceux dans le ministère, et donner pour qu’ils exercent leur ministère bien, c’est à dire dans de bonnes conditions.

Vous êtes alors co-ouvriers avec Christ et avec ces personnes dans le ministère :             vos prières et vos dons rendent possible leur ministère.

Enfin troisième action, notre troisième vocation à tous, c’est le ministère dans le sens de service dans l’Eglise.

L’Eglise n’est pas un bien de consommation : je viens, je m’assieds.

Si je m’intègre dans l’Eglise, c’est que j’ai compris que je fais parti du corps de Christ, et qu’en tant que membre de ce corps, j’ai un rôle à jouer, une fonction !

L’Eglise n’est pas le travail de quelques-uns ou d’un seul, mais le travail de tous. Travail d’équipe. Chacun dans son service. Technique, ménage, musique, enseignement etc.

Quelle est votre vocation ?

// Agir : 1/ Prier. 2/ Donner. 3/ Servir.

Comment ?

Avec ce que vous avez !

Eccl 9.10 : fait ce que ta main trouve à faire. 

Dans l’Evangile, il y a ce récit avec la foule qui suit Jésus, les disciples disent : renvoyez-les pour qu’ils s’achètent à manger.

Non, dit Jésus.

Donnez-leur vous-mêmes à manger.

Mais nous n’avons que cinq pains et deux poissons.

C’est assez, apportez les moi, duit Jésus.

Le peu de choses qu’ils ont suffit, avec la bénédiction du Seigneur.

Apportez ce que vous avez.

Vos prières, vos dons, votre service, assister,

devenez actif, acteur dans l’Eglise.

Avec ce que vous avez. Vos talents, capacités.

Notre vocation à tous, c’est d’agir.

Quelle est votre place ?

J’ai foi en Dieu.

J’ai une relation avec Dieu.

Je suis collaborateur avec Dieu : //

si je ne suis pas dans « le ministère », j’y contribue,

par mes dons et mes prières, et par le don de mon temps….

C’est important d’en parler.

Dieu nous a fait des promesses.

Je bâtirai mon Eglise et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elles. (Matthieu 16.18 LSG)

« Si mon peuple  si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. »

2 Chroniques 7.14 LSG

Nous sommes le peuple de Dieu, nous sommes son Eglise.

Les 7 lettres de l’Apocalypse montrent que les Eglises ne sont pas parfaites, qu’elles ont à se repentir, changer de comportement.

Les promesses de Dieu se réalisent, parfois par le respect de conditions :

Non pas : « Seigneur tu as promis que… »

Mais : « tu as promis que…., SI NOUS…. ! »

Nous sommes dans une alliance avec le Seigneur.

Une alliance demande des efforts des deux côtés.

Une alliance, c’est comme un mariage : les efforts doivent venir des deux côtés.

Nous sommes en alliance avec le Seigneur.

Il nous offre le salut, c’est son don,

mais nous, qu’est ce que nous lui offrons ?

Quel est notre appel ?

Quel est ton appel ?

Comment te tiens-tu dans cette alliance avec le Seigneur ?

Consommateur seulement ? Cà, ce n’est pas une alliance.

Producteur – co-ouvrier : là, on entre dans une vraie relation d’alliance.

Non pas les œuvres pour être sauvé.

Mais, les œuvres, parce que déjà sauvé.

Œuvres : agir. C’est là ton appel, mon appel.

Répondons présents, laissons le Seigneur nous réveiller, nous appeler.

Je termine avec le message du prophète Aggée dans l’Ancien Testament.

Aggée 1.1-15 PDV

«   La deuxième année où Darius est roi de Perse, le sixième mois, le premier jour du mois, le SEIGNEUR adresse sa parole à Aggée, le prophète. Il lui demande de parler de sa part au gouverneur de Juda, Zorobabel, fils de Chéaltiel, et au grand-prêtre Yéchoua, fils de Yossadac.

2  (1:2)  « Voici les paroles du SEIGNEUR de l’univers : Ces gens-là disent que ce n’est pas encore le moment de reconstruire mon temple.

3  (1:3) Alors Aggée annonce ceci de la part du SEIGNEUR :

4  Eh bien, est-ce que c’est le moment d’habiter dans vos maisons bien décorées pendant que mon temple est un tas de pierres ?

5  Maintenant, je vous le demande, moi, le SEIGNEUR de l’univers, réfléchissez à ce que vous faites.

6  Vous avez semé beaucoup, mais récolté peu. Vous mangez, mais pas à votre faim. Vous buvez, mais pas autant que vous voulez. Vous portez des vêtements, mais vous avez froid. Vous gagnez votre vie, mais votre argent va dans un sac troué.

7  Je vous le dis encore, moi, le SEIGNEUR de l’univers, réfléchissez à ce que vous faites.

8  Montez sur les collines, rapportez du bois, et reconstruisez mon temple. Alors cela me plaira, et j’en recevrai de la gloire, je le dis, moi, le  SEIGNEUR.

9  Vous attendiez beaucoup de vos champs, et vous avez récolté peu. Ce que vous avez rapporté chez vous, j’ai soufflé dessus, et tout a disparu. Pourquoi donc ? Je vous le demande, moi, le SEIGNEUR de l’univers. Eh bien, c’est parce que mon temple est un tas de pierres, pendant que chacun de vous s’occupe avec soin de sa propre maison.

10  C’est pourquoi aucune pluie n’est tombée, et la terre n’a rien donné.  

11  J’ai fait venir la sécheresse dans le pays : sur les collines, dans les champs de blé, dans les vignes, dans les plantations d’oliviers et sur les autres cultures. Les humains et les animaux en ont souffert, et tout votre travail a été perdu. »

12 Zorobabel, fils de Chéaltiel, le grand-prêtre Yéchoua, fils de Yossadac, et tous ceux qui sont revenus d’exil écoutent les paroles du SEIGNEUR, leur Dieu, prononcées par le prophète Aggée. Ainsi Aggée remplit la mission que le SEIGNEUR lui a confiée. Et le peuple reconnaît l’autorité du SEIGNEUR.

13  Puis Aggée, l’envoyé du SEIGNEUR, leur adresse ce message de sa part : « Je suis avec vous, je vous le déclare, moi, le SEIGNEUR. »

14  Alors le SEIGNEUR réveille le courage de Zorobabel, gouverneur de Juda et fils de Chéaltiel, de Yéchoua, le grand-prêtre, fils de Yossadac, et de tous ceux qui sont revenus d’exil. Ils viennent travailler pour reconstruire le temple de leur Dieu, le SEIGNEUR de l’univers, 15  le sixième mois de la même année, le 24 du mois. »

Le Seigneur interpelle son peuple.

Vos maisons sont décorées, la mienne est en ruine.

Vous gagnez votre vie, mais votre argent va dans un sac troué.

Réfléchissez à ce que vous faites.

Reconstruisez mon temple.

Le peuple écoute, et reconnait l’autorité du Seigneur.

Et Aggée leur assure de la part de Dieu : « je suis avec vous ».

Le Seigneur réveille le courage ; et les hommes se mettent à l’ouvrage.

// Dimanche des vocations.

Prions pour les vocations, les futurs pasteurs, et ceux déjà dans le ministère.

Donnons pour que l’œuvre continue.

Considérons attentivement nos voies, entendons aussi notre appel, et construisons – car Dieu sera avec nous.

Prions

Diapo

                   Ministère

(en grec)           Diakonia – diacre – service

(en allemand)    Berufung = vocation

                       Beruf       = métier

 

(en français)      Faire appel à .... un plombier